AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 16/08/2014
(c) Credits : avatar Sachi / Mufasa et signature Grey WIND.
Race : Dégénérée, ayant la capacité de se fondre dans l'environnement sans être vue, la rendant ainsi invisible. Elle cache sa capacité aux autres, niant en avoir ou faisant croire que son pouvoir est l'art de manier les arts martiaux.
Gang : Dans le clan des "Gula", mais appartient aussi à l'organisation Blacklist.
Au niveau du coeur : Célibataire endurcie.
Emploi : Hôtesse d'accueil dans un love hôtel.
Messages : 143
I’m not a girl, I am a storm with skin
MessageSujet: We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]   Ven 22 Aoû - 12:22

We are young, so let's set the world on fire



Un sourire aux lèvres, le cœur battant à tout rompre, courant à un rythme soutenu, les cheveux au vent, j’avais cette sensation délicieuse de liberté. L’adrénaline me montait au cerveau, au fur et à mesure, faisant ainsi battre mes veines.  J’étais exténuée de courir aussi vite, mais surtout fatiguée de garder la même cadence depuis le début. Malheureusement, je n’avais pas le choix, j’étais déjà lancée dans cette course folle et rien ne pouvait m’arrêter, pas même un train. J’étais prête à tout pour parvenir à mon objectif. Je ne devais pas me rater, sinon, je risquais de perdre ma vie ou encore quelques membres, ou au mieux, avoir quelques égratignures. Ma vie en dépendait, donc je n’avais pas le droit à l’erreur, pas une seule. C’était tellement excitant que mon cœur n’arrêtait pas de cogner fort contre ma poitrine. J’étais entre la vie et la mort, même si au final, j’exagérais quand même un peu. Ce n’était pas si difficile que ça, je pouvais le faire, je l’avais déjà fait auparavant, alors pourquoi ne pas réussir aujourd’hui. Certes, le train était plus rapide et il était difficile de le suivre à la trace, d’y monter, mais je pouvais le faire. Oui, j’étais folle, j’allais tenter de grimper dans un train lancé à pleine vitesse. Mais ça, ce n’était que le début de l’aventure, ce n’était rien comparé à ce que la suite allait me réserver. Les gens avaient beau dire de moi que j’étais une insensée, que je n’avais pas conscience du danger, rien ne pouvait me faire changer. J’étais ainsi, aimant plus que tout le goût du danger, de l’adrénaline, ça faisait partie de ma vie, point.

Continuant à courir, je regardais les angles autour de moi, prête à monter dans le train. C’était presque le moment, je devais juste attendre encore quelques insignifiantes secondes. « Shit, shit, shit, et shit ! » dis-je soudainement en constatant que j’avais pris un peu de retard. Il fallait que je rattrape rapidement ce retard sinon, j’étais foutue. J’aurai pu m’arrêter, reprendre plus tard, mais c’était trop tard, mes jambes étaient lancées et en plus de cela, à quelques mètres de moi, il y avait du vide. C’était soit je tentais le tout pour le tout, soit je trouvais une solution pour ne pas trop me faire mal en tombant, mais je n’avais pas le temps de réfléchir à une échappatoire. Je devais me lancer. « 1 . . . 2 . . . 3 » dis-je en me lançant tête la première vers le train, tentant d’attraper la barre du train. Je parvins rapidement à me hisser à l’intérieur du wagon, saine et sauve. Oui ! J’avais réussi. N’ayant pas vraiment le temps de me réjouir plus, je passais de nouveau la tête à l’extérieur du wagon, « Bordel Mark, dépêches-toi, saute avant qu’il ne soit trop tard », criais-je en regardant avec anxiété l’espace qu’il restait entre mon ami et le fameux vide.

(c) sweet.lips

_________________
Bandz et Benz
I'm just doin what i gotta do And i do it for myself. I be on my own way so i don't need no help. Nan nae jarireul jikil teni sigan nangbineun neona hae . I don't care bout nobody else but me all i need is my


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 15/08/2014
Race : Animorphe, je suis un Léopard des neiges. Il vaut mieux éviter de m'emmerder parce qu'un coup de griffe peut partir tout seul. Lorsque je suis seul ou que j'ai faim, restez loin.
Gang : Les fous ou les plus saint d'esprit, Gula Baby !
Au niveau du coeur : Disons que j'ai quelques colocataires de passage.
Emploi : Multifonction. Je suis officiellement barman, mais je suis aussi pilote pour les courses illégales en ville et je m'auto-proclame petit prodige du hip hop urbain.
Messages : 41
Master of my fate
MessageSujet: Re: We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]   Sam 23 Aoû - 6:04

We are young, so let's set the world on fire



Mes jambes agissent seules, l'air fouette mon visage et le bruit emplit chacun de mes neurones. Je cours à n'en plus pouvoir, suivant les pas de Yu Ah. Elle court moins vite que moi mais je préfère la suivre, être certain qu'elle soit dans ce train même si moi je n'y suis pas. Il n'y a qu'un train, une sorte de métro extérieur, que je prenne dans cette ville. Il est vieux et pas de plus rapide, je ne sais même pas vraiment comment il est possible qu'il fonctionne toujours. J'ai pris l'habitude de sauter à l'intérieur, puisque les portes sont toujours ouvertes et les passagers souvent absent. Je saute à l'intérieur puis attend qu'il m'emmène suffisamment près de ma destination pour en sauter à nouveau. Il est au niveau des toits et je crois que c'est ça qui m'a plut la première fois que j'ai emprunté cette voie. Être au-dessus des autres sans qu'ils nous voient, ça et la montée d'adrénaline bien sûr. J'admets que je triche car bien souvent, pour sauter, je profite de ma forme féline. Un saut plus long, plus puissant, plus sensationnel encore. J'ai ma petite technique pour monter dans ce train mais bien entendu je n'ai rien dévoiler à mon amie. C'est la première fois qu'on prend ce chemin ensemble et je suis bien décidé à lui montrer qu'elle n'a pas encore vu toute l'étendu de ma prétendue folie. La fin de la route est proche et elle saute, presque au dernier moment, retombant finalement dans le wagon. Je l'entends à peine me dire de me dépêcher, un rictus prenant place sur mon visage. Je cours, je ne m'arrête pas et alors que je vois le vide se rapprocher à une vitesse hallucinante, je retire mon sac à dos, le tenant à bout de bras alors que je retire mon sweat, ma casquette et mon marcel, j'ai l'habitude, je n'ai pas besoin de voir la route, je la sens, je la connais par coeur. Je fourre le tout dans mon sac, plus qu'un pas et le vide me prendra. Je me jette alors en avant, prenant ma forme animale et mes pattes me projette vers le wagon. En tant qu'humain, à cet instant, je serais mort. Mais je ne suis pas humain, je suis un Animorphe et à cet instant, je me sens vivant.

Je retombe à mon tour dans le wagon et me transforme à nouveau, je suis essoufflé, j'ai le coeur qui bat la chamade et je ris. J'étends mes jambes et passe ma main dans mes cheveux, les rabattant en arrière avant de remettre mes vêtements et ma casquette. J'étais partit en jogging, j'enfile désormais un jean. Mes transformations me coutent cher en vêtement mais je m'en moque, j'aime bien trop ça pour stopper. Heureusement pour moi, mes sous-vêtements restent généralement en place, bien que j'ai déjà eu quelques accidents. Alors que j'enfile mes Timberlands correctement, ayant faillit les perdre dans mon saut, je relève les yeux sur mon ami. « Douterais-tu de moi Yu Ah? » Un sourire taquin prend place sur mon visage, mon souffle se calme et je me met debout, allant regarder par la porte ouverte. « Bordel c'est trop bon! » Un court silence prend place avant que je ne reprennes. « Par contre toi, tu prends des risques, faut que tu fasses gaffe, t'étais à deux doigts de te rater. » Non, je ne me suis pas inquiété ou du moins je ne l'avouerais jamais. « Tu veux un truc à boire? » Je sors une bouteille d'eau de mon sac, je suis préparé même si je ne le semble pas.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/08/2014
(c) Credits : avatar Sachi / Mufasa et signature Grey WIND.
Race : Dégénérée, ayant la capacité de se fondre dans l'environnement sans être vue, la rendant ainsi invisible. Elle cache sa capacité aux autres, niant en avoir ou faisant croire que son pouvoir est l'art de manier les arts martiaux.
Gang : Dans le clan des "Gula", mais appartient aussi à l'organisation Blacklist.
Au niveau du coeur : Célibataire endurcie.
Emploi : Hôtesse d'accueil dans un love hôtel.
Messages : 143
I’m not a girl, I am a storm with skin
MessageSujet: Re: We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]   Mar 26 Aoû - 16:49

We are young, so let's set the world on fire



Serrant fortement les dents, les mains légèrement moites, je tentais de garder mon calme tout en regardant mon co-équipier se dirigeait lui aussi vers le wagon où j’étais déjà installée. Chaque fois que je faisais quelque chose qui faisait appel à l’adrénaline, à l’aventure, au goût de liberté, Mark était avec moi, partageant les mêmes délires, les mêmes passions. J’avais fait sa rencontre par le plus grand des hasards et de suite, tous les deux, on s’était merveilleusement bien entendu. J’avais vu en lui un parfait compagnon d’aventure, et je ne m’étais pas trompée. En plus de cela, il faisait partie du même clan que moi, ce qui renforçait encore plus notre lien. En général, j’aimais être seule, indépendante, lorsque je partais à l’aventure, mais en compagnie de Mark, c’était autre chose, le goût du risque était encore plus présent. J’étais heureuse d’avoir, quand même, trouvé un partenaire lors de mes escapades et c’était pour cette raison qu’aujourd’hui encore, il m’accompagnait dans mes folies, enfin, dans nos folies. Mon cœur faillit rater quelques battements quand je le vis si proche du vide. Il avait tout intérêt à sauter, je n’avais pas envie de le voir mort ou quelque chose dans le genre, il ne devait pas échouer, il ne pouvait pas. Je poussais un petit cri de terreur quand je le vis sauter, tout en se transformant en un majestueux animal. Sur le coup, je restais éberluée par ce magnifique saut, oubliant le reste, et trouvant cela spectaculaire, mais très vite, je revins à la réalité. J’avais oublié à quel point être un Animorphe pouvait être avantageux, surtout dans ce genre de situation. Heureusement qu’il avait cette capacité pour ce genre de chose. « Tricheur ! » dis-je en tirant la langue, gardant quelques étoiles plein les yeux face au spectacle que je venais d’avoir.

Je fis un grand sourie face à ses remarques. Oh que oui, c’était bon, c’était même extrêmement bon, « Je ne me permettrai jamais de douter de toi » dis-je en rigolant un peu. « Et mon cher, sache que ce n’est que le début de l’aventure ! » dis-je avec un petit clin d’œil au coin. J’étais déjà pressée de faire la suite des évènements, mais il fallait profiter, petit à petit, et ne pas faire tout d’un coup, sinon l’adrénaline allait se dissiper aussi rapidement qu’elle n’était venue. Or, je voulais profiter de chaque seconde que cette sensation pouvait me procurer, me faisant sentir encore plus vivante que d’habitude. J’haussais un peu des épaules quand il me fit comprendre que c’était moi qui avais pris d’énormes risques. De toute manière, il en fallait bien, pour ressentir de l’adrénaline, il fallait prendre des risques, il fallait savoir les prendre, même si je devais avouer que parfois, je me faisais peur moi-même, et que j’avais souvent la hantise de mourir à cause d’une de mes folies. « Comme si tu n’en prenais pas toi aussi ! ». Je fixais un moment son corps lui faisant comprendre qu’il aurait très bien pu perdre ses sous-vêtements pendant sa transformation, même si cela ne m’aurait guère dérangé. Je chassais l’image qui venait d’apparaître dans mon esprit. « Oui s’il te plaît » dis-je avec un sourire gêné. Heureusement qu’il avait tout prévu lui au moins.
« Alors, ça fait quoi de grimper dans un train à pleine vitesse, même si tu t’es transformé en léopard, tricheur ! ». Il en avait de la chance quand même et puis, il avait un animal si beau, je l’enviais quelque part. Moi aussi, j’aurai aimé avoir cette capacité, enfin, j’aurai souhaité être un animorphe. « Je t’envie parfois ». Il avait tellement de possibilités en étant animorphe, il pouvait sauter encore plus haut, plus loin, bref avoir encore plus d’adrénaline, comme précédemment.


(c) sweet.lips

_________________
Bandz et Benz
I'm just doin what i gotta do And i do it for myself. I be on my own way so i don't need no help. Nan nae jarireul jikil teni sigan nangbineun neona hae . I don't care bout nobody else but me all i need is my


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 15/08/2014
Race : Animorphe, je suis un Léopard des neiges. Il vaut mieux éviter de m'emmerder parce qu'un coup de griffe peut partir tout seul. Lorsque je suis seul ou que j'ai faim, restez loin.
Gang : Les fous ou les plus saint d'esprit, Gula Baby !
Au niveau du coeur : Disons que j'ai quelques colocataires de passage.
Emploi : Multifonction. Je suis officiellement barman, mais je suis aussi pilote pour les courses illégales en ville et je m'auto-proclame petit prodige du hip hop urbain.
Messages : 41
Master of my fate
MessageSujet: Re: We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]   Ven 29 Aoû - 6:47

We are young, so let's set the world on fire



Elle me traite de tricheur et moi je ris, je ris à n'en plus pouvoir. C'est le seul avantage que j'ai trouvé à ma transformation non consentie, pouvoir chercher mes limites, en établir de nouvelles. Lors de mes courses nocturnes, je n'ai pas besoin des phares de ma voiture, lorsque je saute, je peux me transformer ou simplement sauter plus loin en étant humain. En contrepartie, mes yeux bleus supportent mal le soleil, j'ai toujours faim et toujours envie de dormir lorsque cela est fait. J'ai une soif de violence que je canalise en m'épuisant sans quoi je frapperais sur le premier venu. Ce n'est pas tricher, c'est profiter de ce qu'on l'on m'a imposé et le tourner à mon avantage. Je me tourne vers elle lorsqu'elle énonce le début de l'aventure seulement, mais ça je ne le sais que trop. C'est ce que j'aime, faire durer le plaisir, prendre mon temps, explorer toutes les options et là, seulement, à frôler la mort, je me sens vivant. Je souris en coin lorsqu'elle évoque cette fois les risques que j'ai pris en détaillant mon corps. Aucune femme ne s'est encore plein de dysfonctionnement des mes vêtements. J'abaisse légèrement ma casquette et m'approche d'elle. « Aurais-ce était un risque pour moi, ou un risque pour toi? » Je remonte la visière et souris, innocemment cette fois. J'ai diverse facette, l'homme sérieux et l'enfant que j'aime à échanger en un temps record. Proche d'elle, je lui tends la bouteille d'eau avant de m'asseoir près de la porte ouverte, regardant à l'extérieur. « C'est pas la première fois que je le fais tu sais? L'endroit où je t'emmène est un de mes préférés alors disons que j'ai l'habitude de ce chemin. Pourtant à chaque fois, mon cœur bat un peu plus vite et toutes mes cellules nerveuses sont en alerte. C'est ce qui est bon, si un jour je ne ressens plus cela, j'arrêterais de sauter dans ce train et trouverais autre chose. Je crois que cette fois c'était encore plus excitant, parce que tu es là pour m'accompagner. » Et qu'en plus d'avoir peur pour ma vie certaines fois, j'ai aussi peur pour la sienne. Double plaisir.

Yu Ah dit m'envier, elle ne sait pas de quoi elle parle. Un rictus s'affiche sur mon visage et je m'allume une cigarette. « Il n'y a pas de quoi m'envier Yu Ah. » Je n'ai jamais parlé à personne de ce que je ressentais, de ce qu'étais pour moi qu'être un animorphe. Personne sauf Ethan sans doute, parce qu'il me comprend même s'il a un niveau de contrôle inférieur au miens. Quand je vois ce que lui subit, je me dis que je n'ai pas tant à me plaindre finalement. « Je n'ai pas choisis d'être un animal et ce qui le font sont des fous. Tu ne contrôles plus rien lorsque l'animal prend le dessus, tu dois réapprendre à vivre et il y a certaine chose que tu ne peux plus faire. Par exemple, le café, je ne peux pas en boire, ça me tuerais. Le chocolat? Pareil. Je vois la nuit mais lorsque le soleil est trop fort, mes yeux me brûlent. J'ai un tatouage sur la peau que j'ai appris à aimer mais quand j'avais dix ans, c'était plus difficile. Parfois j'ai faim et rien ne me contrôle, je pourrais manger un homme si je n'avais pas appris à me calmer. Alors oui, je peux sauter plus haut et ça fait toujours son petit effet à la fin d'un show mais crois-moi, tu devrais plutôt envier les dégénérés. Eux ils ont le contrôle. » Pourquoi je lui dis tout ça? Je n'en sais rien, l'adrénaline est redescendu et l'humain a prit le dessus. Je n'aime pas paraître faible alors je me redresse immédiatement et jette mon mégot par l'ouverture. « T'es prête? On saute dans deux minutes. » Un toit, puis un autre et ma moto garée à un endroit stratégique, c'est ce qui nous attend et avec un peu de chance elle n'aura pas le temps de répondre à ma tirade.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/08/2014
(c) Credits : avatar Sachi / Mufasa et signature Grey WIND.
Race : Dégénérée, ayant la capacité de se fondre dans l'environnement sans être vue, la rendant ainsi invisible. Elle cache sa capacité aux autres, niant en avoir ou faisant croire que son pouvoir est l'art de manier les arts martiaux.
Gang : Dans le clan des "Gula", mais appartient aussi à l'organisation Blacklist.
Au niveau du coeur : Célibataire endurcie.
Emploi : Hôtesse d'accueil dans un love hôtel.
Messages : 143
I’m not a girl, I am a storm with skin
MessageSujet: Re: We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]   Ven 29 Aoû - 19:00

We are young, so let's set the world on fire



Sourcillant légèrement, j’esquissais un petit sourire face à sa remarque. C’était une excellente question à laquelle je ne pouvais répondre. Tout dépendait de ce qu’il voulait dire par ‘’risque’’. Je pris un air coquin et lui fis un clin d’œil, « j’ai déjà pris le risque je pense ». Revenant à la réalité, je fus surprise d’entendre que ce n’était pas la première fois qu’il venait par ici. Vraiment ? Il ne me l’avait pas dit avant, c’était donc pour cette raison qu’il connaissait aussi bien les lieux, quand il fallait sauter et tous ces détails qu’il fallait connaître pour pouvoir survivre.  Je me sentais quand même privilégiée, de pouvoir voir un de ses endroits préférés, cela prouvait qu’il existait quand même une certaine proximité entre lui et moi, enfin, on se ressemblait sur beaucoup de choses, c’était tout. Je n’étais pas du genre très amicale en général, ceci dit, cela ne m’empêchait pas d’être flattée. Intéressée par son discours, je clignais plusieurs fois des yeux, comprenant totalement ce qu’il pouvait ressentir. Je sentais en moi ce besoin bouillonnant de toujours être face à ce genre de situation, sentir l’adrénaline parcourir tous mes pores, me laissant vertigineuse. Même s’il faisait souvent la même chose, je saisissais ce qu’il voulait dire. Au final, c’était le risque, l’aventure, et toutes ces choses qui rendaient la vie plus intéressante, qui nous plaisaient, quitte à refaire plusieurs fois la même chose, ce n’était pas grave, du moment que la sensation était là. Ce qui était encore mieux, c’était de partager cette passion, cette sensation avec quelqu’un d’autre et j’étais vraiment heureuse d’avoir rencontré Mark, même si jamais je n’allais lui dire une telle chose. Bombant mon torse, je pris un air fier, « Heureusement que je suis là pour t’accompagner et heureusement que tu m’as montré ce petit bijou » dis-je en parlant de ce qu’on venait de faire et de ce que l’on s’apprêtait à faire, « c’est toujours mieux de partager cette poussée de vie ! Et puis, sans moi, les choses sont beaucoup moins drôles, avoue-le ! » Dis-je en le taquinant. J’avais toujours pensé que faire tout, toute seule, était la meilleure des choses à faire, mais j’avais rapidement compris que ce n’était pas forcément le cas.

Comment Mark pouvait-il dire ça ? Bien sûr qu’il y avait tout à envier. Depuis ma tendre enfance, je rêvais d’être animorphe, pouvoir me transformer en un animal, je trouvais cela tellement beau, majestueux, et surtout, unique. Malheureusement, la vie n’avait juste donné la possibilité d’avoir un don, rien de plus. Bien sûr, j’idéalisais la chose, ne connaissant pas du tout les conséquences d’en être un, mais mon embellissement prit assez vite fin, enfin, en partie fin. Surprise, je pris quelques secondes avant de comprendre que Mark me parlait vraiment. C’était la première fois qu’il semblait se . . .  confier ? C’était assez étrange pour moi et je n’avais pas l’habitude. Peut-être qu’il me disait juste les méfaits d’être animorphe, mais tout de même, j’avais le sentiment de rentrer dans sa vie privée. J’étais gênée, mais en même temps, je me sentais empathique. Jamais je n’aurai pensé qu’être un animorphe pouvait être si difficile. Dit comme cela, je ressentais une pointe de peine pour lui et si je n’étais pas celle que j’étais, je l’aurai immédiatement pris dans mes bras, mais je n’étais pas comme ça, je ne savais même pas quoi dire après une telle révélation. Jamais je n’aurai pensé que Mark avait traversé des moments difficiles au court de sa vie. Certes, on ne parlait jamais de nous, de notre vie personnelle, de notre passé, mais jamais je ne m’aurai douté d’une telle chose. Sur le coup, je n’avais pas vraiment où me mettre, ni quoi dire, je n’étais pas habituée à ce genre de contexte. « Mark . . . euh . . . je », mais je n’eus pas le temps de finir qu’il me demanda d’être prête pour sauter. Alléluia, ma prière avait été entendue, enfin, il fallait qu’un jour je revienne sur ce qu’il m’avait dit, je ne pouvais pas rester sans rien dire, échappant à cette conversation, je ne pouvais pas toujours fuir les conversations sérieuses. « Quoi ? Déjà ? Faut sauter bientôt ? Mais on saute où ? » dis-je l’air légèrement paniqué. Je ne connaissais pas le reste du chemin, c’était donc à lui de me guider. Regardant en avant, je tentais de comprendre où il voulait qu’on aille, sentant de nouveau l’adrénaline battre contre mes tympans. « Je n’ai que le choix de te suivre et de te faire confiance non ? Donc dès que l’on doit sauter, tu me dis, faudrait pas qu’on se rate » dis-je avec un petit sourire joyeux. « Et tu sais » dis-je avant que l’on ne continue l’aventure, « être un dégénéré est aussi problématique parfois, donc il n’y a pas à les envier aussi, il y a des désavantages ».


(c) sweet.lips

_________________
Bandz et Benz
I'm just doin what i gotta do And i do it for myself. I be on my own way so i don't need no help. Nan nae jarireul jikil teni sigan nangbineun neona hae . I don't care bout nobody else but me all i need is my


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 15/08/2014
Race : Animorphe, je suis un Léopard des neiges. Il vaut mieux éviter de m'emmerder parce qu'un coup de griffe peut partir tout seul. Lorsque je suis seul ou que j'ai faim, restez loin.
Gang : Les fous ou les plus saint d'esprit, Gula Baby !
Au niveau du coeur : Disons que j'ai quelques colocataires de passage.
Emploi : Multifonction. Je suis officiellement barman, mais je suis aussi pilote pour les courses illégales en ville et je m'auto-proclame petit prodige du hip hop urbain.
Messages : 41
Master of my fate
MessageSujet: Re: We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]   Ven 5 Sep - 2:49

We are young, so let's set the world on fire



Je sens l'adrénaline prendre à nouveau place dans mes veines, les remplir comme s'il était possible de les faire exploser. Mes battements cardiaque s'accélère. Je ne veux pas rester sur le discours que je viens de tenir et que Yu Ah se dise qu'elle doit absolument me répondre. Non, au contraire, elle ferait mieux d'ignorer mes propos, je n'ai même aucune idée de ce pourquoi je l'ai ai prononcé à voix haute. Je reprend mon sourire en coin et ajuste ma casquette, mes pieds au bord du train, je ne suis qu'à quelques millimètres de la chute mais ma main me retiens à l'intérieur. Être un félin permet également d'avoir un sens de l'équilibre parfait. « Tu sautes sur le seul truc à ta portée, le toit, là-bas. » Je pointe le-dit bâtiment, il apparaît à peine et pourtant je sais que dans moins de deux minutes nous serons juste à côté. Je me tourne vers mon amie lorsqu'elle dit ne pas avoir le choix et esquisse un rire enfantin. « Oh si, tu as le choix, le problème c'est que si tu décides de ne pas me faire confiance, alors tu as de grandes chances de mourir, ou de rester coincée dans ce train jusqu'à ce qu'il atteigne sa destination finale et je n'ai aucune idée d'où c'est. »

Malheureusement pour moi elle reprend en me parlant de dégénérés, elle peut me dire que ce n'est pas aussi facile qu'il y a paraît, je me dirais toujours le contraire. Eux gardent un corps humain, ils n'ont pas à le partager avec un animal sauvage, ils n'ont pas à réapprendre à vivre. Je choisis de ne pas répondre, je crois que ce n'est pas nécessaire puisque je ne pourrais jamais comprendre ce point et qu'elle ne pourra sans doute jamais comprendre mon point de vue. Autant se concentrer sur quelque chose que nous comprenons tout deux, que nous aimons tout deux. Ma main se referme sur son poignet et je recule un peu plus dans le wagon vide, puis je ferme le yeux. Je me concentre sur les bruits, les cliquetis, le vent frappant l'ouverture de la porte. Je connais ce chemin sur le bout des doigts et il vaut mieux sauter dès que possible plutôt qu'attendre de voir le toit face à nous. Soudain, une légère odeur de fumée me picote les narines et je sais que nous sommes près de notre point de change. Mes doigts se resserrent alors sur le poignet de mon amie et je pense qu'elle me croit fou lorsque j'ouvre les yeux et me mets à courir vers la porte, le toit encore invisible, n'apparaissant que lorsque je saute, au dernier moment. J'entraîne Yu Ah avec moi sans lui laisser le choix et ne la lâche qu'avant l'atterrissage très peu en douceur. Je m'écrase sur le toit et gémis de douleur. Je me suis mal réceptionné et suis tombé sur mon épaule, rien de bien grave, la douleur passera, j'ai l'habitude. Je me redresse et passe ma main sur mes vêtements pour en retirer la poussière, ajustant ensuite à nouveau ma casquette, la mettant à l'envers cette fois. Enfin, je tends ma main à Yu Ah, un sourire amusé sur les lèvres. « Prête pour la suite de l'aventure, ou tu as besoin d'un peu de temps pour te remettre? » Je suis essoufflé mais heureux, mon cœur frappe si fort contre ma poitrine qu'il me donne l'impression qu'il pourrait en sortir. Je ne pourrais être plus satisfait.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 16/08/2014
(c) Credits : avatar Sachi / Mufasa et signature Grey WIND.
Race : Dégénérée, ayant la capacité de se fondre dans l'environnement sans être vue, la rendant ainsi invisible. Elle cache sa capacité aux autres, niant en avoir ou faisant croire que son pouvoir est l'art de manier les arts martiaux.
Gang : Dans le clan des "Gula", mais appartient aussi à l'organisation Blacklist.
Au niveau du coeur : Célibataire endurcie.
Emploi : Hôtesse d'accueil dans un love hôtel.
Messages : 143
I’m not a girl, I am a storm with skin
MessageSujet: Re: We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]   Dim 7 Sep - 11:42

We are young, so let's set the world on fire


Me pinçant la lèvre supérieure, je jetais un regard vers le ‘’fameux’’ toit sur lequel je devais, semblait-il sauter. Le problème était que l’on est encore trop loin et la vue n’était pas assez dégagée pour que je puisse analyser la situation et que je puisse savoir quand est-ce que je devais exactement sauter. Il ne fallait pas que je me rate. Tout comme l’entrée dans le train, la sortie risquait d’être tout aussi dangereuse, voire peut-être même plus risquée. « Intéressant ; dis-je avec un petit sourire ; on va sauter du train jusqu’à un toit ! Décidément, tu m’auras entrainé dans de belles aventures ». Et j’étais très sincère. Certes, j’avais déjà sauté de quelques toits, même à partir d’un train, mais pas un train qui allait aussi vite. Ça allait être amusant. Me tournant vers Mark, je lui donnais une petite pichenette comme réponse à sa phrase. « Est-ce que tu crois que ça me fait assez peur pour que je puisse faire demi-tour ! Ne crois-tu pas que je préfère largement prendre le risque de sauter que de rester dans ce wagon sans adrénaline, on est venu ici pour ça non » dis-je avec un clin d’œil. De toute manière, concrètement, qu’est-ce qui pouvait me faire peur ? Pour le moment rien.

Observant le paysage, passant rapidement sur les quelques confidences qui venaient de se faire pour la première fois, je tentais de me concentrer sur la descente, me tenant prête. Sauter d’un train était certainement la pire des choses à faire, surtout lorsque l’on ne connaissait pas le chemin, il fallait juste se lancer. Beaucoup d’humains n’étaient pas capables d’une telle preuve de courage, il fallait avoir une certaine force mentale et surtout, il ne fallait pas se dire qu’on allait mourir, il fallait juste se dire qu’on allait y arriver, point. Je sentis le stress me prendre peu à peu, me laissant quelque peu tremblante. Je n’étais pas tant que ça inquiète, j’étais surtout fébrile à l’idée de sauter du train et d’atterrir sur un toit. Laissant Mark me guider, je suis au début surprise de le voir courir vers la porte, m’entrainant avec lui. « Merde ! » fus le seul et dernier mot que je pus exprimer avant d’atteindre la porte et de sentir mes pieds se décollaient du sol. Pendant un moment, je crus qu’il s’était trompé, que le toit n’était pas là, que c’était décidément la fin, mais j’avais confiance en lui et ce n’est qu’en sautant que je crus l’apercevoir . . . le toit. Un sourire aux lèvres, je me sentis totalement libre, profitant de cet instant magique, suspendu dans les airs. C’était tellement euphorisant et puis, mon cœur qui battait fort contre ma poitrine me rendait encore plus heureuse. Malheureusement, l’atterrissage ne se fit pas tout en douceur et ma main rafla un peu le toit, me laissant quelques égratignures. Quand je disais que ce n’était pas possible de sortir totalement indemne de ce genre d’aventure, je ne mentais pas. Celui qui revenait sans rien était un bon menteur. Me relevant en grimaçant un peu, je fis un sourire satisfait à Mark, lui faisant comprendre que j’avais adoré. « Wow ! Mais de suite tu veux enchaîner toi ! Ça ne rigole pas aujourd’hui ! ». Ce n’était pas pour me déplaire. Un regard malicieux suffit pour lui faire comprendre que j’étais prête à savourer la suite. Je pris sa main avant de dire « et c’est parti pour la suite des évènements ! Dis-moi qu’on va sauter de toit en toit et là, je te suivrai vraiment ». Même si j’avais déjà mis ma main dans la sienne. J’adorais ça : sauter de toit en toit. J’espérais qu’il avait prévu ça dans son programme.


(c) sweet.lips

_________________
Bandz et Benz
I'm just doin what i gotta do And i do it for myself. I be on my own way so i don't need no help. Nan nae jarireul jikil teni sigan nangbineun neona hae . I don't care bout nobody else but me all i need is my


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We are young, so let's set the world on fire [Feat. Mark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» My Little Young Box
» [Novembre 2012] Glossybox Les essentiels "Young Beauty"
» Young teacher, the subject of schoolgirl fantasy ♥ | PV Alan & Jackie
» Selon-vous, quels sont les "MUST HAVE" à posseder chez mac
» MILLET PASCAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
7devils :: Atalante. :: Côté Sud.-